Comité Scientifique Français de la Désertification

French Scientific Committee on Desertification
Désertification et environnement mondial
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Désertification et environnement mondial

Paru en 2002
Auteur(s) : Requier-Desjardins Mélanie, Bied-Charreton Marc

Biodiversité et changement climatique

La désertification affecte 3 600 millions d’hectares dans les régions arides, semi-arides et subhumides sèches de la planète. Apparu dans les années 1970 au moment des grandes sécheresses, le terme se réfère d’abord au développement local. Cependant, les effets de la désertification sont également perceptibles aux échelles régionale et globale, comme le démontrent les sciences sociales, notamment à travers l’étude des migrations de populations et des dynamiques agricoles sur les fronts pionniers.

Depuis les années 1990, la lutte contre la désertification apparaît sur la scène internationale comme un problème d’environnement. Les trois conventions sur l’environnement mondial, la protection de la biodiversité, la lutte contre le changement climatique et la lutte contre la désertification (CCD), travaillent à mettre en valeur leurs synergies. La notion émergente de bien public mondial insiste sur le degré d’interdépendance des économies et souligne les aspects critiques de la mondialisation, notamment la croissance des inégalités et des externalités. L’environnement en constitue l’un des domaines privilégiés. Les futurs investissements de l’aide publique au développement pourraient à l’avenir se diriger vers l’appui aux biens publics mondiaux.

Les liens entre désertification et biodiversité restent méconnus. La désertification est globalement assimilée à une simplification des écosystèmes et à une homogénéisation de la flore, mais l’étude du nombre total d’espèces ne permet pas de caractériser différents états de désertification. Les espèces domestiquées, animales et végétales, sont adaptées aux aléas climatiques des régions semi-arides et la conservation des variétés et de leur qualité implique les sociétés dans leur rapport au milieu naturel.

A l’échelle régionale, des liens entre le changement climatique et la désertification pourraient être établis à partir de la pluviométrie. Dans les régions sahéliennes et méditerranéennes, les précipitations semblent devenir plus variables, ce qui augmente les risques d’érosion et de désertification. Au plan local, certaines techniques de LCD contribuent à la fixation de carbone dans les sols, le dioxyde de carbone étant l’un des principaux gaz à effet de serre.

Les modes locaux d’usage des ressources permettent de caractériser certains liens entre la désertification et les phénomènes d’environnement mondial, par exemple la biodiversité et le changement climatique. Des indicateurs de synergie entre ces processus sont proposés en annexe 4. Ils mettent l’accent sur l’organisation collective de l’usage des ressources. Ils alimentent la réflexion sur le suivi-évaluation d’un ensemble de micro-projets de lutte contre la désertification.

Auteur(s) membre(s) du CSFD