Comité Scientifique Français de la Désertification

French Scientific Committee on Desertification
Les zones sèches
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les zones sèches

Paru en janvier 1970
Auteurs : Cornet Antoine

Services écosystémiques et dégradation des terres

Les Zones sèches représentent 40% des terres émergée soit environ 5 200 millions d’hectares. 34,7% de la population, soit 2,3 milliards de personnes vivent dans ces zones. Les écosystèmes et les agrosystèmes des zones sèches présentent un certain nombre de caractéristiques spécifiques dans leur structure, leur composition et leur fonctionnement. Ces caractéristiques conditionnent la fourniture par ces écosystèmes de services d’approvisionnement et environnementaux. Cette production de services concerne tant le niveau local, que régional et global.

La dégradation des terres ou désertification porte sur les différentes composantes des écosystèmes et agrosystèmes. Elle conduit à une détérioration de ces services écosystémiques. Elle se traduit par la perte de productivité biologique et économique des systèmes affectés et conduit à une péjoration des conditions de vie des populations.

Plusieurs stratégies pour lutter contre la désertification 

agro

La lutte contre la désertification doit s’inscrire dans une approche globale des problèmes d’environnement et de développement durable. Elle comprend plusieurs stratégies complémentaires :

  • Des techniques correctives qui visent à stopper un phénomène et à réparer les dégradations, par exemple les techniques antiérosives.
  • Des méthodes et des pratiques permettant de mieux exploiter les ressources.
  • La mise au point de modèles et de structures intégrées de gestion.
  • La mise en place de mécanismes institutionnels et politiques favorables.

Des techniques de lutte efficaces 

population

Les programme de lutte contre la désertification ont montré l’efficacité des techniques, et même leur intérêt économique à terme. Ils ont des effets synergiques sur la production agricole, la sécurité alimentaire des populations, mais également sur la production de services environnementaux et sur l’adaptation aux changements climatiques. Dans ce cadre, les paiements pour les services environnementaux peuvent constituer une approche pour la gestion durable des ressources et des milieux et le développement en zone sèche. Cette approche présente un certain nombre de difficultés et soulève des questions notamment sur les rôles respectifs des marchés et des interventions publiques.

Journée d’échanges 

Le Ministère des Affaires étrangères (MAE), l’Agence Française de Développement (AFD) et le Groupe de Travail Désertification (GTD) ont organisé une journée d’échanges, le 11/01/2011, sur le thème “services écosystémiques et sécurité alimentaire : quelles solutions pour des systèmes de production durable ?” d’où la présentation d’Antoine Cornet a été extraite.

Auteur(s) membre(s) du CSFD