Comité Scientifique Français de la Désertification

French Scientific Committee on Desertification
La restauration du capital naturel en zones arides et semi-arides
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

La restauration du capital naturel en zones arides et semi-arides

Numéro 7
• 40 pp. •
Paru en mai 2008
Auteur(s) : Aronson James

Allier santé des écosystèmes et bien-être des populations

Ce dossier thématique du CSFD se situe dans le cadre d’une volonté de communication, de partage et de discussion des éléments clés de la restauration du capital naturel en zones arides et semi-arides. Son but principal est de promouvoir l’insertion de cette approche au sein des sociétés et des communautés les plus touchées par les processus de désertification.

Les régions menacées par la désertification couvrent environ 40 pour cent des terres disponibles. Elles sont le plus souvent le lieu de pauvreté extrême. Une approche visant à restaurer simultanément les écosystèmes et la qualité de vie des populations locales y est par conséquent nécessaire.

La conservation de la biodiversité, la lutte contre la pauvreté ou le développement économique sont communément perçus comme ayant des intérêts indépendants et souvent conflictuels. Ce dossier nous montre que la restauration du capital naturel vise à mettre en commun ces intérêts à priori différents. En effet, cette approche associe restauration écologique et développement durable afin de mettre en synergie les bénéfices respectifs de ces deux approches.

Plusieurs sites variés à travers le monde, situés en zones arides ou semi-arides, ont été choisis pour illustrer les concepts élémentaires de la restauration du capital naturel sur le terrain. Ce dossier est le résultat d’une compilation bibliographique effectuée à partir du matériel scientifique disponible relatif à la restauration du capital naturel en zones arides et semi-arides. La grande majorité des définitions et des illustrations pratiques est adaptée de Aronson, Milton et Blignaut (2007). Un ouvrage regroupant 71 scientifiques, gestionnaires et journalistes de la communauté internationale dans les domaines de l’écologie, l’économie, et de l’économie écologique.