Comité Scientifique Français de la Désertification

French Scientific Committee on Desertification
Pratiques intensives de zaï/tassa en vallée de Badaguichiri, région de Tahoua, Niger.
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

17 juin Journée mondiale de lutte contre la Désertification et de la sécheresse

Mettre à l’échelle les solutions

Les solutions pour lutter contre la désertification existent. Elles sont pour la plupart mises en œuvre par les acteurs de terrain : agroforesterie, gestion intégrée de l’agriculture et de l’élevage, pratiques agroécologiques, gestion intégrée de la fertilité des sols, pastoralisme et gestion des parcours (https://www.fao.org/3/i1861f/i1861f00.htm)

Il est urgent de déployer à grande échelle ces solutions pour éviter que les terres se dégradent, ralentir leur dégradation et lorsque cela a du sens de restaurer les terres dégradées par des pratiques de gestion durable des terres.

La dégradation des terres affecte tout particulièrement les zones arides qui représentent 45% de la surface totale des terres abritant 30% de la population mondiale. En 2019, la synthèse des rapports des Parties à la convention cadre des nations unies de lutte contre la désertification montre qu’en moyenne 20% des terres sont dégradées.

Il est urgent de tout mettre en œuvre pour restaurer d’ici 2030 un milliard de terres dégradées (voir conférence de Presse à la clôture de la COP15, CNUCLD Abidjan) Il faut pour la mise a l’échelle de ces solutions il convient de lever certains verrous. Il faut donner la priorité aux acteurs locaux et être attentif aux conditions d’accès à la terre. C’est l’un des messages portés par les auteurs du Policy Brief « Gouvernance foncière et lutte contre la dégradation des terres ; prendre au sérieux les droits fonciers et les processus sociaux » lire plus ici https://www.ird.fr/sites/ird_fr/files/2022-05/Concept_note_Foncier_COP15_A4.pdf

Au Sahel, l’initiative de la Grande Muraille Verte porte cette ambition de restaurer 100 millions de terre dégradées. C’est une initiative majeure qu’il faut soutenir. Les choses changent dans le bon sens ; il ne s’agit plus d’une simple muraille mais bien d’un patchwork de projet de développement ancré dans les territoires, il s’agit de mettre en place des coalitions nationales (voir le Brief technique n°3 de l’accélérateur de la GMV https://www.greatgreenwall.org/resources) Au CSFD nous considérons que la recherche scientifique a toute sa place dans ces coalitions. Cela a été la conclusion d’un événement officiel organisé lors de la COP15 CNUCLD d’Abidjan

En savoir plus…

Lutter contre la désertification engage également de lutter contre la sécheresse qui affecte aujourd’hui 55 millions de personnes dans le monde et exacerbe les impacts de la désertification sur les écosystèmes et les populations https://www.unccd.int/2022-desertification-and-drought-day

Illustration :
Pratiques intensives de zaï/tassa en vallée de Badaguichiri, région de Tahoua, Niger. © Bernard Bonnet